SporeMania - Les Pages

Will Wright se remet au travail !

Le mercredi 30 mars 2005 par Lumpy, Soph.


Textes & Crédits d’origine : ( Gamers.com )
Will Wright is at it again as he plays with virtual lives. His latest title is definitely looking interesting

Will Wright se remet au travail et cette fois il joue avec des vies virtuelles, son dernier titre a l’air fort intéressant.

Les derniers GDC (Game Developper Conference) ont été utilisés pour présenter des trucs vraiment bien (comme la Xbox), cette année a été un peu plus discrète, mis à part l’annonce de Will Wright pour son dernier projet Spore, un jeu PC qui pourrait surpassé tout ses précédents titres. En fait, c’est un des jeux les plus ambitieux jamais annoncé, et s’il est capable de mener à terme ses rêves, Spore changera pour toujours notre manière de penser aux jeux vidéo.

Pour simplifier, Spore est un jeu genre Sims, mis à part le fait que celui-ci est beaucoup intéressant que de regarder des gens nus se pisser dessus. Ce jeu parle d’évolution, une aventure qui vous défie de prendre une cellule, une vie rudimentaire, et l’aider à évoluer en une créature qui peut conquérir non seulement une planète mais tout l’univers. Vous commencez en tant que cellule, une toute petite chose flottant dans une substance gluante et dévorant des cellules vertes tout en évitant toutes les autres couleurs (qui vous mange probablement). Après avoir atteint une certaine étape votre « chose » pondra un œuf, et ceci amène l’éditeur de créature du jeu, un système facile à utiliser fonctionnant grâce à une technologie complexe. Avec cet outil vous êtes capable de donner à votre créature sa première forme. Vous pouvez décider combien de palmes ou d’os elle aura, et peut importe comment vous concevez votre animal, le jeu trouvera un moyen de l’animer, mais cela va bien plus loin que de juste le faire se trémousser. Disons, par exemple que vous mettez plusieurs palmes sur votre animal. Le jeu le fera non seulement bouger mais le fera de manière à simuler comment un animal avec plusieurs palmes aurait bougé !

Après avoir nagé dans la soupe pendant un moment, le jeu passe en 3D. Votre créature a pris forme et est maintenant capable de manger toutes les créatures plus petites qu’elle ne pouvait pas consommer avant, mais Spore explose tout quand votre création émerge de l’eau et prend sa première inspiration. C’est ici que vous pouvez ajouter des jambes ou autres membres pour qu’elle puisse marcher, et là encore, sa façon de bouger est déterminée par sa forme, donc si vous mettez dix jambes sur votre chose (si le jeu le permet), l’intelligence artificielle trouvera comment elle sera censée bouger.

A partir de cet instant Spore prend un tournant dramatique. Il fait la transition entre le moment ou vous simulez la vie et que vous essayez d’éviter d’être mangé et celui où vous devez vous occuper d’une race entière. L’éditeur de créature devient un moyen pour modeler bâtiments et armes. Vous apprendrez à votre race différentes technologies, lui montrerez le feu, et l’initierez éventuellement à l’économie, mais ce qui est encore plus époustouflant, c’est ce qui arrive lorsque l’on fini de construire son vaisseau spatiale Vous n’êtes alors pas seulement capable de quitter votre planète, mais vous pouvez aussi explorer un univers entier qui est rempli d’autres planètes, chacune d’elle ayant une civilisation qui a été crée par d’autres joueurs ! C’est vraiment bien, pratiquement rien dans ce jeu ne sera créé par les développeurs. Chaque planète/ville que vous traverserez aura été crée par quelqu’un d’autre, et comment vous déciderez d’interagir avec cette personne reste votre entière décision ( et vice et versa). Attaquerez vous (à la mode des RTS), laissant des déchets à cette autre race de créature et oblitérant probablement leur planète (en ruinant tout ce que le joueur avait fait), ou viendrez vous en paix ? Ferez vous des alliances avec les autres civilisations pour vous protéger mutuellement d’autres factions ? Voici la démente profondeur de Spore. Cela va bien plus loin qu’un mini jeu ou vous essayez de manger des cellules vertes dans ce monde sauvage de découverte et d’aventure, et la meilleur partie vient des outils que l’on vous donne pour libérer vos pulsions artistiques, il y a beaucoup de chance pour qu’aucunes des villes ou des créatures ne se ressemblent.

Chaque fois que vous vous posez sur une planète et explorez une ville (même si c’est la ville d’à côté) vous ne savez pas ce qui vous attend, et dans le cas des voyages dans l’espace, cela vaut aussi bien pour les espèces que pour les conditions atmosphériques. Si la planète a un environnement hostile, vous devrez trouver un moyen de la terra former. Rendre l’air respirable, et vous aurez peut être une seconde maison.

Sans parler de Doom3 et Half-Life2, Spore est la meilleur chose qui soit arriver à un PC depuis un bout de temps parce que son essence même donne à cette plateforme la diversité dont elle avait besoin, puisque sa librairie est tellement obstruée avec les FPS et RTS. Je ne veux pas être disproportionné parce que le jeu n’est pas fini, mais s’il s’avère être aussi bon qu’il en a l’air, il sera sûrement un candidat pour le jeu PC de l’année. Avec un peu de chance, le E3 de cette année nous autorisera à sentir un peu plus cette soupe évolutionnaire que Will Wright nous mijote.


Autre Lien : Will Wright se remet au travail (Sujet 2344)


Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com