SporeMania - Les Pages

The Guardian

Le samedi 27 octobre 2007 par Captain_cookies, Elarcis, Soph.


Textes & Crédits d’origine : ( Guardian.co.uk )
Video games do no harm to children, insists Sims creator by Bobbie Johnson.

L’une des figures les plus honorables de l’industrie du jeu vidéo fut invitée pour clore le débat sur la nocivité des jeux pour les enfants. Will Wright, l’homme à l’origine du plus gros succès des jeux d’ordinateur, les sims, expliqua qu’il espérait que la crainte d’effets négatifs des jeux vidéos n’est que l’un des symptômes du fossé qui sépare chaque génération.

“Je pense qu’il y a toujours eu une séparation entre les gens qui jouent aux jeux vidéos et ceux qui n’y jouent pas.” expliqua-t-il au Guardian. “Je crois que l’intégration culturelle des jeux vidéos est inévitable, simplement à cause du fait que le monde dispose de plus en plus de cette technologie.” Mr Wright, 47 ans, indiqua que l’opprobre jeté sur les jeux vidéos est semblable à celui réservé à la littérature ou au cinéma dans le passé.

“Ca se déroule par à-coups, au fil du temps. Si il y a une fusillade dans une école, il y a toujours une histoire de ‘Encore une conséquence des jeux vidéos’. Vous n’écoutez pas vraiment ce que les gens disent à propos des films qu’ils regardent ou quels livres ils lisent,” Expliqua-t-il. “Mais 50 ans auparavant, on entendait la même chose - ‘Ont-ils lu To Kill a Mockingbird ?‘ ou n’importe quoi d’autre. Ils souhaitaient accuser de problèmes sociaux tout ce qui était à portée de main.”

“Son discours parvint aux oreilles du gouvernement qui, cette semaine, ouvrit son étude sur les effets de jeux vidéo et d’Internet sur les enfants de Grande Bretagne. L’enquête, dirigée par un psychologue de la télévision, Tanya Byron, demandait des témoignages de la part des parents et des enfants. “J’encourage réellement les enfants et les jeunes adultes à donner leur avis à propos d’Internet et des jeux vidéos - Ce qu’ils aiment chez eux, ce qu’ils pensent qu’ils risquent et leur suggestions pour l’avenir,” indiqua le Dr Byron.

Mr Wright, récemment surnommé par The New Yorker Magazine comme le “Zola du genre”, possède une longue histoire de créateur de jeux détaillés qui simulent le monde réel et contiennent de gros aspects éducatifs. Son premier hit, SimCity, permettait aux joueurs de construire et gérer des villes entières : une version à venir, créée en association avec BP incorporera des modèles du changement climatique. Son plus gros succès à ce jour, les sims, laisse les joueurs créer des familles et vivre une vie virtuelle. Les sims et leurs add-ons furent vendus à plus de 30 millions de copies dans le monde entier depuis leur lancement en 2000, ce qui en fait le jeu le plus populaire de toute l’histoire.

Son influence l’a conduit jusqu’à la reconnaissance de sa personne comme le premier représentant de l’industrie du jeu vidéo à être honoré par une récompense de la BAFTA. Son prochain jeu, Spore, permettra au joueur de rejouer l’évolution et de créer de nouvelles formes de vie.

Il précisa que l’industrie ne devrait pas compter sur des jeux graphiquement viloents. “Je m’intéresse à la façon selon laquelle les jeux permettent aux gens d’être plus impliqués dans le monde réel,” dit-il.

“L’industrie n’a même pas encore commencé à réaliser son important potentiel - dans un premier temps, nous avons besoin d’éduquer le public et de le préparer à ce qu’il pourra arriver.”



Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com