SporeMania - Les Pages

LGF 07 : Exposé de Will Wright

Le lundi 29 octobre 2007 par Anahkiasen, Soph.


Textes & Crédits d’origine : ( GameSpot )
LGF 07 : Will Wright speaks by Emma Boyes

Le vétéran de l’industrie du jeu vidéo, Will Wright, créé des jeux vidéos depuis les années 80, quand il travaillait sur Raid on Bungeling Bay, un jeu qui allait devenir SimCity, sur la Commodore 64. Un thème « Sim » conservé pour les jeux qui suivirent, dont SimEarth, SimAnt et bien sur Les Sims.

Rompant courageusement avec la tradition, son dernier titre " Spore " ne contient pas le célèbre préfixe de trois lettres.

En parlant au siège de la BAFTA à Londres, Will Wright s’adressa à d’autres professionnels du jeu, aux medias, aux membres de la BAFTA, et à des étudiants dans un exposé intitulé ‘Interactive Entertainment – the Oldest Art Form.’ Une fois le discours fini, il répondit aux questions des lecteurs de Gamespot UK, ainsi qu’aux autres membres du public.

Wright commença son exposé en expliquant que chaque nouvelle forme de divertissement a toujours rencontré des avis négatifs, et que l’industrie du jeu vidéo n’est pas une exception. Il cita des observations faites sur des romans, au tout début de leur mise en public :”Le libre accès qu’ont de nombreux jeunes aux romans et aux pièces de théâtre empoisonne leur esprit et corrompt les mœurs de nombre d’individus prometteurs et empêche les autres d’abreuver leur esprit de connaissances utiles.”[] Il lut ensuite des critiques similaires, faites lors de l’apparition de la danse, du cinéma et du Rock’ n Roll.

Il ajouta que “pour la plupart des gens, leurs idée préconçues de ce que sont les jeux vidéos dominent et les empêchent de bien voir leur intérêt social ou leur valeur.” Si vous regardez les autres médias, nous avons des romans idiots, des films d’action, et la télévision est connue pour la quantité de violence qu’elle véhicule. Mais, une fois de plus — et je dois l’admettre –, sur certains points, les jeux ont ce type de “comportement”. A l’instar de certains films, il y en a extrêmement violents dans le monde, mais les jeux sont déterminés, à présent, à dépasser ce stade. Il est malheureux que les jeux soient à l’image des gens, quand en fait il y a là bas tant de jeux bénéfiques, intéressants, socialement pertinents, en nous commençons à en voir de plus en plus au fil du temps…mais le fait que nous n’utilisions pas d’avantage ce moyen me fait honte.”

Dans le futur, Wright pense que les jeux se diversifieront d’avantage, à l’écart des genres actuels qui domineront le marché : “Donjons et Dragons, Sports, et l’histoire militaire”, et que, au final, nous verrons d’autres genres disponibles dans des bibliothèque, par exemple.

Il avoua également que sa plate-forme préférée, et cela n’a rien de surprenant, c’est le PC. “J’aime la souris” expliqua-t-il. “C’est un des plus élégants périphériques d’entrée que j’ai jamais vu. Oh, et je passe aussi beaucoup de temps sur ma DS. C’est de loin ma plateforme mobile préférée.

Will Wright réfléchit sur le fait que le jeux mêlent de plus en plus souvent différents genres, et sur celui que des genres ont déjà commencé à couler, tels le simulateur de vol ou l’aventure au Point’ n Click, probablement à cause du coût. “De nos jours, avec des graphismes, des trucs et du son à chaque action du joueur dans le jeu, cela revient exorbitament cher. Et il y avait très peu de gens qui savaient vraiment comment faire. Ainsi, même les gens qui les font très bien, comme Tim Schafer, s’orientent vers des jeux hybrides où Tim se sert de l’expérience qu’il a acquis pour les jeux d’aventure et autres jeux similaires. Ainsi, Psychonautes était un hybride bizarre, entre le jeu d’aventure et celui de plateforme, parce que c’était plus économique de faire comme cela ; il ne pouvait pas vraiment se permettre de faire des jeux comme il en avait pris l’habitude chez LucasArt. Ainsi, ces choses là sont en train de sombrer car la clientèle est rongée par les millions de personnes jouant à Wii Sports.”

En comparant les jeux avec les films, Wright confia que “Les jeux essayent tout le temps de ressembler à des films, tandis que les films innovent et tentent de devenir des jeux, avec plus de succès que les jeux pour devenir films.”

Wright a également voulu faire un peu de mythbusting (”chasse au mythe”) lors de l’event, expliquant à chacun la vérité à propose de deux légendes urbaines sur lui. La première est que EA tenta maintes et maintes fois d’annuler le développement des sims. “Premièrement, c’est faux, et j’ai déjà tenté de corriger le mythe de nombreuses fois durant le développement. J’affrontais la direction, et tout le monde disait “Tu veux faire un jeu de nettoyage de chiottes ?”, et donc, naturellement, nous avions eu un petit nombre d’outils que personne n’avait jamais utilisé avant. J’ai donc dit : “Okay, donnez moi seulement ces quatre gars et j’en ferai mon “Black project”. “Bien, laisse nous seuls”, m’ont-ils répondu.

Plus tard, quand EA nous a acheté soudainement, ils ont commencer à nous donner des moyens en nous demandant “De quoi avez vous besoin ? De quoi avez vous besoin ?” alors qu’en fait, c’était l’inverse. EA avait sauvé Maxis de façon ironique. C’est cette version qui est la vraie.

On le questionna également sur ses cours de Tuba, suite à un article de Wikipedia proclamant sa passion pour cet instrument. Il nous regarda d’un air amusé avant de dire : “Je n’ai jamais touché à un tuba de ma vie.”

Quand on lui demanda quand Spore sortira, il éclata de rire :
“Je ne pense pas qu’il soit prêt de sortir.”



Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com