SporeMania - Les Pages

Le goût des choses à venir

Le mercredi 14 mars 2007 par Le Kolala Fou, rauva, Soph.


Textes & Crédits d’origine : ( PCMAG.com )
Spore : A Taste of Things to Come

Avant que Will Wright nous parle des éléments essentiel, nous avons eu droit a une démo face a face ainsi que des nouvelles images.

Juste une heure avant le discours principal de Will Wright, le dernier jour des festivités interactives du SXSW, j’ai été convié à une démo rare et à un face à face avec SPORE, probablement le jeu le plus attendu et le plus complexe jamais fait.

Wright a commencé à concevoir SPORE il y a six ans, et le concept est tout à fait ambitieux : en bref, l’utilisateur crée un univers et passe par l’évolution d’une créature.

Wright a dit pendant son discours qu’il a voulu sortir les utilisateurs du rôle de “ Luke Skywalker ” dans les jeux et de devenir “ George Lucas ” - des créateurs déterminant leurs propres lignes d’histoire avec leurs propres créatures, civilisations, et planètes plutôt que de simples protagonistes.

Dans SPORE, vous commencez en tant que petite créature, un “spore”, mangeant des choses aléatoirement pendant que vous nagez dans une soupe primordial, pas comme celle de “ Pacman ”. Par la suite, vous évoluerez en une créature qui peut laisser l’océan, qui doit trouvez un (e) compagnon (compagne), développer l’intelligence et les habiletés pour former des tribus, puis pour rêgner en maître sur votre propre planète, et par la suite dans l’espace grâce au vaisseau spatial que vous concevrez. Wright dit que son plus grand but est d’inciter les personnes à comprendre l’univers et leur monde, par le jeu avec différentes possibilités et leurs conséquences sur l’environnement. Si cela vous semble un peu trop sermonneur, c’est seulement parce que vous n’avez pas encore vu la vidéo .

Garder dans votre esprit, que vous pouvez créer la vie comme vous voulez, avec des possibilités sans fin. Vous pourriez être un Klingon, un “ Calinours ”, ou une certaine créature complètement tirée de votre propre imagination.

Vous concevez vos bateaux et planètes en employant différentes trousses d’outils, mais de mauvaises décisions pourraient par exemple causer le début du réchauffement global d’une planète ou même éliminer votre population entière.

Les décisions correctes sont récompensées avec un genre de monnaie d’ADN pour vous aider dans la prochaine phase. Puisque SPORE est un jeu à multiples facettes, Tiffany Spencer (assistante de Wright) s’est fixée sur l’ “ ‘Éditeur de Créature ”, dans lequel vous concevez vos personnages.

Vous commencez avec une forme d’haricot flottant avec une vue de 360°, vous façonnez en étirant l’haricot (que vous pouvez contrôler vertèbre par vertèbre) dans les différentes directions pour créer le genre de torse que vous voulez.

Une baleine ? Les possibilités sont pratiquement infinies. J’ai opté pour une sorte de gros corps-type de T-Rex. Sur le côté gauche de la page, l’éditeur de Créature nous propose des barres d’outils qui contiennent des icônes pour les membres, les yeux, les griffes, les pieds, les armes, etc. Avec un “ clic” vous obtenez plusieurs options différentes que vous pouvez traîner et laisser tomber sur votre créature (Drag and drop), pour par exemple prendre un œil et le mettre sur le pied de votre créature, si vous le souhaitez- il peut aller n’importe où - . Une fois que vous avez placé l’œil, vous pouvez le déformer et le mettre à la taille et la forme que vous souhaitez, donc à long terme c’est compatible avec la conception de corps avec laquelle vous avez commencé – vous pouvez toujours tout changer.- Les bras, les jambes, les pieds, les nageoires, les plumes, et les queues suivent un procédé très similaire.

Une fois que vous avez une forme en 3D , la prochaine phase de conception arrive dans le mode de “peinture ”. En premier lieu, vous choisissez le ton de la peau de votre animal, alors vous décidez s’il doit avoir des raies à des endroits, et même en déterminez la couleur. Viennent ensuite les textures - votre créature va-t-elle être lisse, irrégulière, les deux, avec des piquants ?

Le résultat final : c’est une créature en 3D, incroyablement étrange à regarder comme une création de dessin animé de chez Pixar qui prendrait à peu près deux semaines à développer sur un logiciel 3D. J’ai fait la mienne en quinze minutes environs.

Alors Tiffany a appuyé sur un bouton, et j’ai regardé ma créature sauter, donner de grands coups, partir en promenade, faire la course, et lancer son cri - tout dans les façons qui sont spécifiques à la combinaison unique de caractéristiques que je lui ai donnée !

Une heure ou moins plus tard, Will Wright a joué avec l’Editeur de Créature pour l’auditoire de SXSW, et j’ai entendu un halètement collectif. C’est le genre de chose qui donne à des gens normaux une obsession du jeu. C’est stupéfiant.

Wright est aussi un orateur lui aussi stupéfiant. Il a présenté un dossier PowerPoint qui a duré exactement une heure il a à peine eut le temps de reprendre son souffle. Il a commencé avec une discussion linéaire contre l’art de conter le non linéaire, et de ce que relate le jeu (la plupart des livres sont linéaires, la plupart des jeux commencent et se finissent, et reviennent dans le temps quand quelqu’un meurt), il a parlé de l’utilisation du jeu comme un appareil d’enseignement de même qu’un jouet.

En faisant des choses, les gens apprendront ce qui marche et ce qui ne marche pas. Sûr, ils apprendront ce qui marche dans un monde fantastique numérique, mais fiez-vous à nous : si vous concevez une créature avec seulement une jambe, elle sera mangée très rapidement. Cela est un exemple extrême, un autre avec moins de choix évident, les utilisateurs apprendront à adapter leurs créatures, les théories complexes sont peut-être bienveillantes dans la pratique, mais sur le papier, c’est autre chose. Wright et Spencer ont décrit aussi comment le jeu sera interactif - les gens peuvent envoyer à d’autres utilisateurs leurs créatures et créent des mondes remplis avec les autres créations des autres joueurs.

Wright espère que toutes les créatures crées soient sur une base de données principale - vous pourrez alors télécharger une créature et vous pourrez réagir réciproquement avec chaque animal crée… Puisque le jeu fait attention aux modèles du comportement de votre créature -comme LastFM fait attention à vos goûts musicaux – vous obtiendriez les options adaptées à votre comportement. Aussi, les gens commenceront à vous reconnaître comme une créature moyenne si vous détruisez des choses, et ainsi la bande de pouvoir en haut sur vous et essayeront de vous détruire…

Les possibilités sont infinies. Essentiellement, tout est basé sur un principe : les choix que vous faites- moralement et physiquement, les deux - déterminent le succès de votre monde et votre capacité à réagir réciproquement avec succès avec les autres. J’ai juste eu le temps de passr la phase de conception initiale - mais quel amusement !

Voir notre diaporama pour les screenshots de ma créature.



Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com