SporeMania - Les Pages

La fiction devance la science

Le mardi 13 mars 2007 par Kytetiger, Soph.


Textes & Crédits d’origine : ( Documentaire bonus du boîtier collector de la trilogie Matrix. )
The Hard Problem : The Science Behind The Fiction

Le documentaire est ponctué de cîtations de Will Wright repérables facilement grâce aux crochets et au caractères en gras.

Ca commence par introduire l’idée de l’Homme qui créé l’intelligence artificiel (dans l’histoire de Matrix), et de la dépendance de l’Homme vis-à-vis de la machine, et inversement.
Les machines seront un jour ou l’autre extrêmement évolué, c’est indéniable.

Le vrai problème : Matrix a introduit le problème des mondes simulés, et de la difficulté à différencier la réalité à la fiction. Nous arrivons donc aux jeux vidéo, tel Flight Simulator.

Ce qu’il faut noter, c’est que maintenant les gens passent de plus en plus de temps sur ces jeux. Ils se créent donc une image personnelle virtuel.
[Premières images du jeu Les Sims 2]. L’ordinateur devient une extension de soi. D’où la création de monde virtuel tel les jeux MMO. C’est ainsi qu’ils parlent du jeux There.com

Ceci est du à une des particularité de notre cerveau qui est qu’il peu facilement se projeter dans n’importe quel monde (livre, film, jeu,…), tout ceci peut être aidé par un apport d’information, tel une camera, un micro ou autre chose. Ce qui pourra être remplacé par des signaux nerveux envoyer directement dans notre cerveau (cf. la scène où Morpheus explique la Matrix dans le premier opus). Et que tout peut être simulé, tel les jeux Sims.

[Première intervention de Will Wright] : « C’est une recherche interne de chercher à construire une intelligence artificiel. Un effort pour se comprendre. Le cerveau humain est la chose la plus compliquée au monde. Plus qu’une étoile, qu’une nébuleuse, qu’un quasar pour ce qui est de la complexité et de son niveau d’émergence. C’est normal qu’on veuille toujours mieux comprendre ce système. Je vous les modèle comme des outils pour comprendre comme un télescope m’aide à voir, ou une voiture à me déplacer. Les ordinateurs aident mon imagination. Je peu rendre mon imagination 10 fois plus puissante en utilisant un ordinateur pour l’amplifier, l’augmenter. Ces modèles sont des essais pour mieux se comprendre en s’utilisant comme modèles [image de la construction d’une maison dans Les Sims 2]. »

Mais la vie n’est qu’un bazar complet où la vie se développe. Mais dans les mondes virtuels, aucun effet hasardeux n’existe.

[W.W.] : « Le mieux avec les modèles, c’est qu’ils sont bien pour mettre notre ignorance en évidence. Les scientifiques trouvent une théorie dont ils font un modèle. Ils le comparent à la réalité et réalisent qu’il ne prédit pas la réalité. En se demandant pourquoi, ils découvrent un aspect de la réalité qu’ils ne comprennent pas ou qu’il s n’ont pas vu. Les modèles sont donc pratiques pour la science. Ils mettent en valeur ces parties du système qu’on ne comprend pas. » Mais il existe une différence entre l’intelligence artificiel et le hasard.

L’idée de machine existe depuis le 18eme siècle, avec la création de l’Homme Machine [une espèce d’automate], et des écrits de Descartes (16eme siècle), qui parle de l’esprit de l’Homme, et du corps, qui n’est autre qu’une machine très complexe. La seule chose qui différencie l’Homme à la bête est l’esprit. Les corps sont soumis aux lois, aux équations (cf. Newton). Mais avec l’avènement des ordinateurs, on commence à ce poser des questions quant à l’unicité de l’esprit humain.

D’où la recherche dans l’intelligence artificielle. Mais au final, l’ordinateur ne fait que suivre des règles (une machine ne peu pas faire la différence d’importance entre un Roi et un Point sur un jeu d’échec, elle ne fait qu’appliquer des formules). Alan Mathison Turing fut un mathématicien des années 50 qui dit pour la première fois qu’une machine bien programmée pourra fonctionner comme un cerveau humain. Il a aussi dit que pour y arriver il devait suivre un parcours évolutif. »

Pour arriver à faire des choses de plus en plus compliqué, on sera obliger de fonctionner comme la Nature (cf. Darwin). Les êtres se développent mais ne suivent pas un but précis dans l’évolution. Ils s’adaptent, et les survivant sont les systèmes émergents (cf. les fourmis, et les neurones, Internet,…). Il n’y a pas de centre qui contrôle tout. Un autre facteur important est la réponse, les interactions (conversations) (cf. Ebay).

Mais pour que l’informatique fonctionne correctement avec les Hommes, il faut qu’il fonctionne ainsi, mais qu’il puisse aussi s’adapter facilement. Mais il ne faut pas que tout le monde soit connecté à tout le monde, sinon tout se bloquerait et rien ne se passerait. Mais il faut aussi laisser une certaine liberté. Mais les ordinateurs ont une limite, la Loi de Moore. Cependant, elle se limite aux processeurs à deux dimensions, alors que le monde à trois dimensions. Les ordinateurs seront donc, dans le futures, extrêmement petit (utilise les atomes), et auront des architectures 3D extrêmement complexe. Limite les machines construiront des puces adaptées à nos besoins, il ne sera plus nécessaire de créer les plans. Une sorte d’intelligence artificielle. Chris Langton fut un visionnaire dans cette branche. Par exemple l’automaton cellulaire (une simple fonction qui dit quelque chose comme, si les cases à coté de moi sont bleu et rouge, la suivante est jaune. Si les cases sont rouge est verte, alors la prochaine sera orange, etc.…), et à la fin on peu obtenir des dessins extrêmement compliqué. Ca fonctionne comme ça dans la nature. Par exemple l’eau, dans une vague, ce n’est pas le tout qui fait une vague, mais une particule d’eau qui voit qu’à coté de lui ça monte, alors elle monte. Si elle descend, alors elle descend. Des chercheurs ont fait la même chose pour créer des créatures virtuelles qui évoluait en suivant le même principe. Il y a des images très intéressantes de cube qui se déplace grâce à des pattes, ou à des nageoires. Ils suivaient simplement un but précis (sauter, marcher, nager,…), le tout dans un univers virtuels. C’est la théorie de Darwin ré appliqué à l’univers artificiel.

[W.W.] : « C’était incroyable le progrès qu’il a fait dans les années 40 et 50. Penser à quoi ressemblerait le code d’auto-réplique. Ce qu’on pourrait en faire. Il s’est inspiré de la biologie qui est devenue plus à la mode dans l’informatique. Il faisait ça il y a plus de 50 ans. »

Des robots ont été construit pouvant reconnaître nos émotions et les interpréter. Il fallait leur donner une sorte d’esprit (cf. Kismet, le robot).

Des machins ainsi construites pourrai nous faire savoir ce qu’elles veulent par différents moyens. Mais il faudrait savoir comment de tels désirs pourraient se concevoir. Mais il se pourrait qu’il arrive à la limite du cerveau humain, pour finir par la dépasser. Mais comment on pourrait imaginer à quoi cela ressemblera ? LA technologie devient donc une sorte de lame à double tranchant. Mais la vie artificiel peu aussi nous offrir des surprises. Nous ne connaissons qu’un système d’évolution, c’est celle sur Terre, dont tout les être vivants sont des dérivés d’un même ancêtre commun (il n’existe qu’un seul …très grand…Arbre de l’évolution).

On ne peut savoir comment vont évoluer d’autres genre de vie (les futures machines, les microbes, les virus sur Internet).

[W.W.] : « J’ai hâte de parler avec un extra-terrestre mécanique. Les premiers extra-terrestres qu’on rencontre sont ceux qu’on invente. »

L’esprit est scientifiquement indéfinissable. Mais en soit, c’est juste l’état lorsqu’on n’est pas endormit, dans le coma ou mort. L’esprit agit sur tout ce qu’on fait. Mais beaucoup de gens ont tendant à penser que les machines n’ont pas de conscience. Mais on ne peut rien dire pour l’instant. La technologie des ordinateurs est pour l’instant qu’a ces balbutiement, et on n’en connaît encore rien de ce qui se trouve de l’autre coté de la falaise au pied duquel on se trouve.

On peu cependant créer des choses de bases comme des robot-insectes qui fonctionne basiquement, mais la vrai puissance nous est encore inconnue. On s’est donc inspiré de la nature. Par erreur, on copie souvent ce qu’il y a déjà dans la nature, mais pour que ça fonctionne correctement, il faut voir le fonctionnement de base (cf. les oiseaux est les avions).

Cependant, l’intelligence destructrice tel que beaucoup de gens l’imagine, a très peu de chance de se produire. Soit car la machine n’aura pas de vitalité propre, et de toute façon on pourra la débranché dès qu’on le souhaite, soit elle apparaîtra spontanément d’une espèce de soupe électrochimique, et dont on n’aura aucun contrôle, et qui sera, et aura une pensée tellement différentes de ce qu’on pouvait imaginé, qu’on ne les reconnaîtra pas.

[Fondu en noir] Ainsi se termine ce documentaire sur la science et la vie artificielle…



Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com