SporeMania - Les Pages

Textes & Crédits d’origine : ( IGN )
GC 2007 : Spore Hands-on - Impressions of our hour-long play session from Germany.

USA, 24 Août 2007

C’est difficile mettre en boite une démo de Spore, alors Maxis et EA ont décidé d’apporter la dernière version du jeu en Allemagne, pour voir les réactions. En fait, le nombre d’expériences possible est tellement imprévisible et spécifique aux décisions que vous prenez à presque chaque niveau, que Maxis décidé de ne nous laisser y jouer qu’une petite heure. Bien que l’équipe montre officiellement les stades créature et tribal du jeu, nous avons décidé de commencer au tout début, et de voir comment cela se déroulait, du début à la fin. Nous avons utilisé deux trois codes de développeurs pour réduire la durée de jeu à une heure mais tous les stades s’assemblaient quand même parfaitement.

Notre session commença avec le stade cellulaire. Notre précieux petit protozoaire était équipé d’une queue primaire pour nager et d’un flagelle pour manger le plancton verdâtre qui abondait autour de lui. Il y avait aussi de plus grosses, et plus dangereuses créatures dans cette soupe primordiale, nous fûmes donc prudents en cherchant de nouveaux membres à adapter sur notre organisme. Une fois que nous eûmes mangé suffisamment de plancton, nous avons eu la chance d’évoluer en une créature plus avancée et souple.

En premier, nous avons remplacé le flagelle par un bec capable de broyer les cellules et attaquer les autres créatures. Nous avons déplacé les tentacules sur le coté de notre amibe, ce qui rendait plus dure la récolte du plancton, mais qui facilitait la recherche de nourriture. Pour avoir du plancton, nous n’avions plus qu’a nous mettre de coté et l’attraper avec nos bouches.

En plus de pouvoir manger plus de nourritures différentes, le bec pouvait attaquer les autres créatures. Nous en avons eu quelques unes qui ne pouvaient répondre à nos attaques, mais une amibe particulière en forme d’épi nous a obligé à l’attaquer par derrière, pour ne pas nous prendre ses pics qui se trouvaient à l’avant.

Pour chaque créature que vous attaquez, vous avez la chance de gagner de nouveaux membres que vous pourrez utiliser quand vous ferez évoluer votre créature vers une nouvelle génération. Puisque chaque évolution vous emmène dans un environnement de plus en plus hostile, vous avez besoin de vous améliorer pour rester en devant de l’action. Les évolutions sont supposées se déclencher aux moments clés du stade cellulaire, mais nous voulions voir le plus possible de choses donc nous avons sauté quelques stages et avons accéder à des fonctions cellulaires plus évoluées.

Nous avons inclut un super flagelle pour des mouvements plus complexes et des pics que nous avons obtenu de l’amibe en épi. Comme nous ne voulions pas bouger nos bouches, nous avons placé les pics sur les cotés pour se protéger des attaques. Vu le danger croissant, nous avons pensé que mettre deux trois armes dissuasives pour les autres créatures affamées serait utile.

Après une heure environ de jeu, les joueurs peuvent progresser au stade créature. A ce point, notre créature tortillante se laisse entraîner par les vagues, s’échoue sur une plage, crache quelques gerbes d’eau, et se met à explorer la terre ferme. Quelques autres créatures font de même, et c’est parti pour les débuts d’une toute nouvelle vie.

Au début, tout ce que notre petit bonhomme peut faire c’est chanter et manger des fruits. Puisque ses seuls besoins sont la santé et la faim, il est assez facile de le satisfaire en cherchant et mangeant des fruits poussant près du sol sur des buissons proches. Heureusement, notre créature n’est pas tombée malade en ingurgitant le fruit ou bien nous devrons chercher une pauvre créature confiante pour lui vomir dessus.

Nous pouvions aussi chercher de nouvelles créatures pour interagir avec de façon plus pacifique. En approchant de compatriotes et en chantant, nous nous faisions de nouveaux amis. Après avoir chanté devant un certain nombre de créatures du même type, nous avons la chance de devenir des amis permanents de l’espèce entière. Faites-vous assez d’amis et vous pourrez même recruter ces créatures pour devenir des membres de votre groupe qui pourront vous aider lorsqu’un danger apparaîtra. Se faire des amis vous rapporte également des points d’ADN importants et de nouvelles pièces détachées cruciales qui pourront être utilisés lorsque vous évoluerez. Il est également possible de trouver de nouvelles pièces détachées en fouinant autour d’une pile de fossiles.

Mais avant même que nous ne puissions accéder à la phase des bons amis, notre attention est captée par un congénère dont l’attitude aguicheuse nous laissait entendre que ses affinités avec nous étaient bien parties pour dépasser la simple tasse de thé et les gâteaux. Trouver des amis n’est jamais aussi important que cette petite action, nous avons donc mis de côté nos compagnons et sommes entré dans ce petit rituel amoureux –se résumant à rien de moins qu’un fond sonore d’ambiance. Une fois que l’oeuf a fait son apparition, vous aurez à nouveau la chance d’effectuer un retour à l’éditeur de créature afin d’en modifier une fois encore sa morphologie.

Tout comme l’éditeur cellulaire, l’éditeur de créature vous permettra d’exécuter les changements génétiques de votre espèce au travers de diverses générations. Après quelques brefs coups de souris dans le but de déterminer l’aspect général de la colonne vertébrale et la forme approximative du corps de votre créature, vous aurez la chance de disposer selon votre gré divers bras, jambes et autres partout sur celui-ci. Vous pouvez sélectionner et étirer chacun des segments d’un membre du corps afin de leur attribuer l’angle ou la longueur parfaite, puis modifier sa largeur d’un coup de molette.

En ce qui concerne notre petit gars, nous sommes restés politiquement correct dans la position générale des jambes et des bras, mais nous sommes un peu lâchés pour ce qui est du reste. Nous avons ajouté deux têtes, une sur chaque épaule, et leur avons adjoint un oeil au centre de chacun d’entre elles. Jouer des pieds et des mains avec les commandes nous aura ainsi permis d’orienter le regard de notre créature tel que nous le souhaitions, tandis qu’une énorme palette de couleurs et de schémas nous a permis de procurer un peu plus de caractère et de personnalité à notre créature.

Une variété d’autres membres nous a également donné la possibilité de spécialiser davantage le rôle de notre créature dans le monde. Les changements effectuées sur celle-ci devrait techniquement refléter d’autres modifications de générations successives mais pour ce qui est de notre démo nous avons tassé un peu le tout dès le départ. De puissantes cornes sur les flancs de chaque tête ainsi que des sabots à chaque patte confère désormais à notre créature une charge efficace, tandis qu’une sorte de crachat lui offre une attaque à distance relativement bonne. Concluant que l’agressivité ne serait pas dans tous les cas le meilleur choix, nous avons également appliqué à notre créature une paire de mains délicates qui devraient être utiles dans le but d’interactions sociales gestuelles.

Chacune de ces qualités est inscrite à côté de l’image de la pièce dans l’éditeur de créature, donc vous n’aurez pas à deviner ce qu’une pièce particulière fait. Comme avec les autres parties du corps, vous pouvez tourner, étirer et modifier la force de ces parties jusqu’à ce que vous obteniez quelque chose que vous aimez vraiment.



Commenter cette publication

 
Share
 
Participez vous aussi !

Écrivez votre page !

©2006-2011 SporeMania.com